En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal MAB CEFS Réintroduction du bouquetin des Pyrénées

Accueil

Limiter le développement des maladies à tiques grâce à des outils prédictifs du risque d’infection

Tique
Depuis 2012 le projet OSCAR - Outil de Simulation Cartographique à l'échelle du paysage Agricole du Risque acarologique - explore les multiples facteurs qui déterminent les risques de transmission d’infections par les tiques. La mosaïque des paysages, la distribution spatiale et le déplacement des animaux doivent être pris en compte pour comprendre leur dissémination dans l'espace et dans le temps. Aujourd’hui, le projet OSCAR propose des outils prédictifs pour anticiper leur possible développement.

Les tiques sont considérées comme les principaux vecteurs d’agents infectieux en Europe (notamment pour la maladie de Lyme). L’espèce la plus fréquente en Europe -Ixodes ricinus- est d'abord forestière, mais elle se plaît également dans les haies en bordure de prairies et dans les landes où elle parasite une grande diversité d'hôtes sauvages (rongeurs, oiseaux, cervidés...) et domestiques (bovins, ovins...).
Le risque de contracter des maladies à tiques dépend des interactions entre les hôtes vertébrés, les tiques et les agents pathogènes. L’abondance des uns et des autres ainsi que leurs relations dépendent fortement de la configuration du paysage.

Le programme OSCAR, financé par l’ANR, a réuni cinq laboratoires : BioEpAR (Inra-Oniris à Nantes), le CEFS (Inra Occitanie-Toulouse), EcoBio (CNRS, Univ. Rennes1), EPIA (Inra-VetAgro Sup à Clermont-Ferrand), MIVEGEC (CNRS, Univ.Montpellier, IRD). Il a eu pour objectifs :

  • d’analyser l’abondance et la distribution des hôtes et leur interaction avec les tiques,
  • d'analyser la distribution du risque acarologique (densité de tiques infectées),
  • de mieux comprendre la dynamique spatio-temporelle des populations de tiques,
  • d'établir des cartes prédictives du risque acarologique basées sur des scénarii de changement de structure du paysage.

Des études de terrain combinées à des investigations au laboratoire

picture_client_format_0_dc4690

Les cinq laboratoires impliqués ont collecté des informations sur le terrain dans deux zones d'études : la Zone Atelier Armorique et les Vallons et Coteaux de Gascogne qui correspondent à des niveaux différents de fragmentation forestière et d’usage des sols. Trois types d’habitats ont été ciblés dans chacune de ces zones car ils sont connus pour être les plus favorables aux tiques : les cœurs de forêts, les lisières de forêts et de bois et les lisières de prairies bordées de haies.

Pour estimer leur densité, 7900 récoltes de tiques ont été réalisées et ceux sont également l’abondance des hôtes : le bétail, les micromammifères (capturés à l’aide de pièges à bascule avec boite dortoir) les chevreuils (localisés grâce à des colliers GPS) mais aussi la caractérisation des différents lieux de vie (végétation, climat…) qui ont été étudiés.

Au laboratoire, des extraits d’ADN des tiques (4500 sur 12500 récoltées) et des prélèvements sanguins réalisés sur les mammifères capturés ont permis de rechercher trois agents pathogènes (Anaplasmaspp., Borreliaspp.et Babesiaspp.) afin d’apprécier leur dissémination.

picture_client_format_0_e986af

Le paysage, un rôle clé dans la propagation des agents pathogènes par les tiques

picture_client_format_0_1f6b93

L'analyse des densités de tiques sur la végétation a mis en avant de fortes variations à l'échelle du paysage et entre les saisons étudiées de 2012 à 2014. Par exemple, les tiques sont moins présentes en bordure de pâtures lorsque les haies sont très réduites. L’étude montre aussi que la structure du paysage influence les populations de rongeurs. Un réseau de haies et de bosquets dense est plus favorable à une espèce (Mulot sylvestre), tandis qu’une autre (Campagnol roussâtre) sera plus présente dans les habitats isolés. Par ailleurs, l’abondance de ces rongeurs pendant une année donnée détermine en partie l’abondance des tiques observée l’année suivante.

La probabilité de rencontre entre les hôtes et les tiques, élément clé de propagation des agents pathogènes, varie donc grandement dans l’espace et dans le temps.

La présence des agents pathogènes chez les tiques varie selon leurs hôtes

Par ailleurs, tous les hôtes, en tant que réservoirs, n’ont pas la même aptitude à la multiplication et au maintien des agents pathogènes. Les chevreuils multiplient très mal les bactéries responsables de la maladie de Lyme alors que certains rongeurs les multiplient efficacement.

Les recherches en laboratoire ont aussi révélé que les trois agents pathogènes étudiés ne sont présents que dans 2 à 5 % des tiques récoltées.

L’impact des changements globaux, mis en perspective dans le projet OSCAR, joue également un rôle sur la dynamique des tiques, dont le développement dépend de la température, de l’hygrométrie, de l’évolution des paysages, des modifications du mouvement d’animaux, etc...

Développement d’outils de simulation cartographique de présence de tiques selon le paysage agricole

picture_client_format_0_9da8da

À partir de l'analyse des variations observées à l'échelle du paysage de l'abondance des tiques, de leurs hôtes et de la prévalence de trois agents pathogènes, le projet OSCAR a établi plusieurs outils :

  • Un modèle statistique pour estimer le nombre de tiques en quête d’hôtes en fonction de différentes variables décrivant le paysage et les conditions météorologiques.
  • Un logiciel utilisant ce modèle pour représenter, à partir d’un paysage existant, et dans des conditions météorologiques choisies par l’utilisateur, une cartographie de l’abondance de tiques en quête d’hôtes estimée sur les trois types d’habitats étudiés.

Un deuxième logiciel est en cours de développement pour générer des paysages sur lesquels la cartographie de l’abondance des tiques (1er logiciel) serait rajoutée. L’évolution de la densité de tiques infectées selon différents scenarii de changement d’utilisation des terres et de structure du paysage serait ainsi simulée. Ce paysage virtuel pourrait également être utilisé pour étudier, par exemple, l’impact de la diminution de la surface des forêts ou encore de l’augmentation relative des cultures sur la prairie sur les risques de transmission d’infections par les tiques.  

Grâce à ces modèles, le projet OSCAR ouvre la voie à de nouvelles connaissances pour l’adaptation de l’agriculture face aux changements globaux, afin de limiter le développement des maladies à tiques.